Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 octobre 2007 6 27 /10 /octobre /2007 19:27
ANACIS 2006/2008 -Elisabeth PIEGAY-
 
 
 
STIGMATE - Erving GOFFMAN
 
 
Le mot de stigmate sert à désigner un attribut qui jette un discrédit profond.
En réalité, c’est en terme de relations et non d’attributs qu’il convient de parler.
 
Le stigmate représente un certain type de relation entre l’attribut et le stéréotype parce qu’il existe des attributs importants porteurs de discrédits dans notre société.
 
On peut distinguer trois types de stigmates :
ð     les monstruosités du corps
ð     les tares de caractère
ð     les stigmates tribaux que est la race, la nationalité, la religion.                                                                                                                                                                                     
 
 
Le stigmate marque surtout une différence avec l’attente de celui qui se considère comme normal.
La bienveillance sociale veut que nous, normaux, ayons une attitude permettant d’adoucir et d’améliorer le sort de la personne porteuse d’un stigmate comme s’il allait de soi que cette personne n’était pas tout à fait humaine. Partant de ce postulat, nous pratiquons toutes sortes de discriminations et réduisons les chances de cette personne, parfois et souvent de manière inconsciente.
Par ce fait nous bâtissons une théorie, une idéologie du stigmate sans doute aussi pour rationaliser notre animosité par rapport à cet « étranger » donc dangereux à nous et pour nous.
Pour le stigmatisé, la présence alentour de gens normaux peut renforcer la cassure entre soi et ce qu’on exige de soi.
L’acceptation du stigmate permet à l’individu de trouver sa place dans la vie sociale et de se constituer une identité de stigmatiser qui lui permettra de se raccrocher à un groupe d’appartenance et donc de vivre moins douloureusement voir très bien sa situation. L’individu stigmatisé peut aussi tirer profit de son stigmate par exemple pour justifier ses insuccès ou arriver à re délimiter les limites de la norme et donc les relativiser.
Les contacts entre normaux et stigmatisés les obligent à affronter directement les causes et effets des stigmates.
L’individu stigmatisé ignore toujours dans quelle catégorie on le mettra et aura tendance à se sentir en « représentation ».Il aura tendance à surveiller l’impression qu’il donne, ses réussites seront sur évaluées et ses échecs interprétés comme l’expression directe de sa différence stigmatisée.
Ces relations mixtes (normaux/stigmatisés) ont souvent tendance à produire des interactions flottantes et angoissées. On arrive au malaise dans la relation quand les normaux soit font comme si l’autre était comme eux, soit l’ignorent car n’arrive pas à vouloir voir sa différence. Comme on met souvent la personne stigmatisée dans cette situation de malaise, elle a toutes les chances de devenir la plus habile à la manier.
 
Trouver un groupe d’appartenance permet à la personne stigmatisée de trouver un soutien moral et un réconfort et faire de son désavantage une base d’organisation de sa vie à condition de se résigner à cette place , dans un monde « diminué » .
 
Les personnes stigmatisées entretiennent le plus souvent des agents ou des comités qui les représentent et qui deviennent leur porte parole et sont des modèles vivants d’une conquête de normalité, héros de l’adaptation, dignes de récompenses publiques.
Le stigmatisé peut s’attendre au soutien de ses pairs ainsi que des « initiés » c'est-à-dire des normaux qui pénètrent et comprennent intimement la vie secrète des stigmatisés et qui sont des marginaux devant lesquels le stigmatisé se sent perçu comme une personne ordinaire .
Accepter d’être marginal suppose pour le sujet normal de passer l’épreuve de l’acceptation ou du refus du groupe du stigmatisé donc de lâcher le contrôle et la décision finale de la place qu’il pourra occuper auprès d’eux.
Les soignants, les rééducateurs, les travailleurs sociaux peuvent être des initiés comme les serveurs dans les bars d’homos ou les bonnes des prostituées, de même que la loyale épouse d’un malade mental.
L’initié porte le risque de répandre le stigmate d’où le fait que les normaux préfèrent l’éviter.
 
Le groupe permet un même « itinéraire moral », cause et effet de leur implication dans la même suite d’adaptation personnelle.
 
 
Contrôle de l’information et identité personnelle
 
Un individu portant un stigmate est un individu souvent discrédité qui vit ce discrédit d’autant plus douloureusement que la personne normale ne veut pas le reconnaître et adopte une attitude qui peut être vécu comme de l’indifférence .
 
Si le stigmate n’est pas visible d’emblée, l’individu est discréditable et donc entre dans une relation avec l’autre empreinte de tensions qui nécessitent une capacité à manipuler l’information .Le stigmate est porteur d’une information sociale que le stigmatisé peut essayer de « dés identifier» en s’habillant de symboles de prestiges comme par exemple pour un noir d’être inséré socialement encore mieux qu’un blanc, etc.
 
Un stigmate vite perceptible contrarie le flux de l’interaction. Même la familiarité ne réduit pas le dégoût occasionné par certains stigmates comme la laideur .Les intimes jouent un rôle particulier auprès du stigmatisé et leurs devoirs par rapport à ce dernier en sont modifiés.
 
Le traitement du stigmate est soumis dans son ensemble à la connaissance personnelle que l’on a ou pas de la personne affligée.
L’identité é personnelle qui fait de chacun une personne unique peut permettre de l’identifier positivement et de dépasser le stigmate en particulier quand on s’attache à son être profond.
L’identité personnelle peut être manipulé (porte identité ou fausse identité) à la différence de l’être profond.
La biographie est un élément fondamental de l’organisation sociale du sujet et ne répond pas tant aux lois sociales qu’aux lois physiques. Elle n’est normalement pas changeable comme l’est le rôle social joué par l’individu.
 
L’individu possède une identité personnelle et une identité sociale. Le monde des autres autour de lui se partage entre ceux qui le connaissent et ceux qui ne le connaissent pas.
La connaissance cognitive consiste en l’acte de situer un individu comme ayant une identité sociale ou personnelle. Bien qu’une personne rencontre dans une même journée des gens qui le connaissent de façon différente, sa structure biographique unique se maintient toujours.
 
La personne qui veut cacher son stigmate doit adapter une attitude de « faux-semblant ».La précarité de sa position varie en fonction directe du nombre de personne dans le secret .Les personnes menant ou ayant menées une double vie vivent dans une existence menacée, incertaine.
D’autre part il semble exister un cycle naturel de faux semblant chez certains individus qui pour cela auront toujours à bouger pour se refaire « peau neuve ».
L’individu stigmatisé peut être amené à l’apprentissage de faux semblant avec le risque de se faire piéger par une situation inattendue .Le prix psychologique à payer (angoisse) peut être très lourd mais c’est oublier que ce n’est pas toujours le cas. Une personne peut ne pas se trouver déchirer par deux attachements.
 
Celui qui fait semblant développe des capacités d’attention aux situations sociales plus importantes que les autres .Il a une capacité à prendre du recul avec ce qu’il est et avec les situations sociales .Il peut développer des techniques de contrôle de l’information.
Ces techniques permettent à l’individu stigmatisé une adaptation au monde normal mais il se peut aussi qu’après cet apprentissage de faux semblant qui constitue l’une des phases de sa socialisation, il puisse être au dessus de cela et parvenir à s’accepter tel qu’il est. C’est l’étape de la maturité et de la complète adaptation.
 
L’individu discrédité est obligé de s’accommoder d’une tension. L’individu discréditable est obligé de contrôler une information. Les deux cas peuvent se réunir par des techniques d’ajustement qui passent par la visibilité et l’importunité. L’individu peut utiliser une « couverture » pour maintenir son intégrité psychique.
Alignement sur le groupe et identité pour soi
 
 
L’identité personnelle et l’identité sociale d’un individu ressortent au souci qu’on les autres de le définir.
L’identité pour soi est avant tout une réalité subjective, réflexive, ressentie.
Le concept d’identité sociale permet d’envisager la stigmatisation.
Avec l’identité personnelle, nous voyons le rôle que joue le contrôle de l’information pour manier le stigmate. La notion d’identité pour soi renvoie à ce que ressent l’individu par rapport à son stigmate.
L’individu stigmatisé ressent un sentiment d’ambivalence à l’égard de sa propre personne car il acquiert certains critères d’identité propre à notre société et hésite entre alliances avec les normaux ou alliances avec son groupe d’appartenance de stigmatisés surtout lorsqu’en membre du groupe peut lui renvoyer un sentiment de honte (exhibition du stigmate).
 
Le paradoxe de l’individu stigmatisé est qu’il n’est rien d’autre qu’un quelconque être humaine et qu’en même temps il se conçoit, et les autres lui rappellent, qu’il est à part.
L’individu stigmatisé doit donc se construire des codes de conduite pour adopter la meilleure attitude envers lui-même et envers les autres.
 
On demande à l’individu stigmatisé de nier le poids de son fardeau et de ne jamais laisser croire qu’à le porter il ait pu devenir différent de nous ; en même temps on exige de lui qu’il se tienne à distance telle que nous puissions entretenir sans peine l’image que nous nous faisons de lui. Il doit s’accepter et nous accepter en remerciement d’une tolérance première que nous ne lui avons en réalité jamais tout à fait accordée…Une acceptation fantôme est à la base d’une normalité fantôme.
 
L’ironie est que néanmoins l’attitude clairvoyante est précisément celle de faire comme si cette acceptation conditionnelle que lui accorde les normaux était pleine et entière. Ainsi il a une réelle chance d’accroître au maximum le degré de leur tolérance à son égard.
 
L’individu stigmatisé devra accepter un moi qui n’est et ne peut être qu’un immigrant, l’une des voix du groupe qui parle pour et à travers lui.
 
Nous exprimons tous des points de vue du groupe mais le stigmatisé est prié de se considérer comme un être normal  sans abandonner « son groupe ».
Cette contradiction, cette farce constitue son sort et son destin.
 
 
 
 
 
 
Partager cet article
Repost0

commentaires