Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 octobre 2007 6 27 /10 /octobre /2007 19:19
ANACIS 2006/2008 -Elisabeth Piegay-
 
 
 
LES AFFRANCHIS – PARCOURS DE REINSERTION – Bertrand BERGIER
 
 
 
Qu’est-ce qui explique que de deux personnes ayant eu un parcours de galère, un y reste et l’autre s’en sort ?
Y a-t-il une intelligence à la réussite ?
Se libérer de conditions d’existences aliénantes (exclus,rmistes) et d’un monde de vie jugé servile (errance, oisiveté), avilissant fait appel à la notion d’affranchissement.
L’affranchissement implique un processus individuel de déconstruction et de reconstruction du rapport avec l’extérieur et soi même.
 
Liberté et rationalité se nourrissent mutuellement.
 
Etre affranchis permet d’accueillir paradoxalement une grande liberté par rapport à la norme et pouvoir prendre des risques par rapport à la norme sociale pour ne pas perdre l’essentiel : son unité personnelle, le sens de son existence.
De même cela permet de trouver du beau même dans la grisaille et de cultiver une position esthétique.
 
Les conditions de l’affranchissement
 
 
      -    Le « je » de l’internalisé : il permet de penser d’abord à soi même sans pour autant être narcissique.
-         la capacité à distinguer passé et présent afin de pouvoir se projeter dans un avenir désirable. Espace et temps sont indissociables.
-         pouvoir se référer à un régime commun de normalité.
-         disposer d’un système social disposant de places suffisantes pour que chacun puisse s’y retrouver.
 
-     être  capable de produire du sens en évitant deux écueils : celui de la sur – détermination (tout  est joué d’avance) et celui de la toute puissance (hypertrophie du moi)
 
 
Rupture de vie et entrée dans l’errance
 
Souvent, la personne se raccroche à des groupes de sous culture (routards, toxicos….) avec des normes, des codes qui permettent d’organiser son rapport au monde et à autrui.
 
Les conditions de l’affranchissement
 
 
     -          Acquisition d’une norme internalisée : ce que je dis et ce que je fais explique que   j’en sois arrivée là.
-         Sortir du déterminisme du placement
-         Disposition à l’égocentrisme : pour s’en sortir il faut apprendre à ne compter que sur soi-même, être étanche aux soucis d’autrui
-         Eviter l’hypertrophie du moi qui au lieu d’éclairer aveugle.
L’affirmation du jeu ne peut être captive de l’immédiateté mais rimer avec la temporalité d’une disposition expérientielle, c'est-à-dire pouvoir inscrire son présent dans une histoire .Cela implique de faire fructifier sa mémoire : finalement, j’ai toujours prises, je crois beaucoup en moi,  partout ou je suis passé etc.…
 
Les itinéraires des affranchis nous enseignent sur la pluralité des groupes d’appartenances mais aussi celle des groupes de référence.
Le travail de reconstruction de l’existence appelle une intention hautement personnelle sans céder à l’illusion de la toute puissance.
Mais s’en sortir et rompre avec la préhistoire ne dépend pas de sa seule volonté personnelle et de sa seule œuvre individuelle.
Certes il faut de l’égocentrisme pour penser à soi, accepter de s’occuper de sa personne et en prendre soin mais l’excès nuit quand il incite la personne à faire fi des contingences socio historiques et à croire aux vertus de sa seule volonté ou encore aux capacités illimitées de l’homme à se réaliser.
 
La norme d’externalité permet de contre balancer cette démesure.
Elle conduit à envisager notre conduite comme étant le produit de l’histoire donc à relativiser nos facteurs et nos attributs, à prendre en compte un avant et un après.
 
L’affranchi est un funambule dans un processus intégrant cinq composants :
-         l’internalité : être le « je » de son histoire.
-         l’inscription temporelle dans une dimension expérientielle ; se risquer à entrevoir un avant et un après.
-         la référence au régime commun de la normalité en faisant siens les repères conventionnels.
-         la production de place par le système social par le biais du logement et du travail.
-         La capacité à être auteur et à donner du sens à sa vie.
Partager cet article
Repost0

commentaires